Le secret des juifs et de la nourriture

Chaque fête juive et chaque événement majeur de la vie est marqué par de la nourriture. Des aliments spéciaux sont consommés lors de différents jours fériés en rapport avec le thème ou l’événement commémorés.

Avez-vous entendu parler de l’un des imbéciles qui s’est approché d’une mère juive dans la rue et lui a dit: «Madame, je n’ai pas mangé depuis trois jours».

«Forcez-vous», répondit-elle.

Quel est le résumé de chaque fête juive? Ils ont essayé de nous tuer. Nous avons gagné. Mangeons.

Selon le calendrier hébreu, l’année est de 5779, alors que selon le calendrier chinois, il s’agit de 4717. Cela signifie que les Juifs ont survécu pendant 1062 années sans nourriture chinoise.

Il y a d'innombrables autres blagues sur les Juifs et la nourriture et ce n'est pas étonnant. Ce n’est un secret pour personne que les Juifs ont un lien avec la nourriture. En fait, il est impossible de pratiquer le judaïsme de manière religieuse ou culturelle sans nourriture. Dans le cadre juridique juif, il existe une idée selon laquelle les rituels juifs devraient être célébrés avec un repas spécial. Les événements du cycle de la vie, comme un bris et un bar ou une bat-mitsva, sont suivis d'une célébration et d'un mariage, suivis de sept jours de repas élaborés préparés par la famille et les amis.

Les fêtes et les festivals juifs sont également célébrés avec de grands repas. Le sabbat est célébré avec un dîner somptueux qui comprend du pouding au poisson, à la viande et aux nouilles et à la soupe au poulet traditionnelle avec des boules de pain azyme. De nombreux jours fériés ont des aliments spécifiques qui leur sont associés, comme la Pâque ou les pancakes à la pomme de terre à Channukah.

Certains de mes souvenirs les plus forts d’être Juif sont associés aux odeurs réconfortantes de la soupe au poulet, du poisson gefilte au raifort, de la poitrine de bœuf cuite à la sauce chili, du nouilles kugel (pouding) à la cannelle, du raisin challah (pain), des blintzes au fromage avec de la crème sure, de la pomme de terre Latkes (crêpes) avec compote de pommes et compote tiède de cognac. Chaque week-end, lorsque je me rendais à la synagogue pour les services, le service prolongé était toujours suivi d'un Kiddouch, une sorte de réception avec du poisson, du vin et toutes sortes de pâtisseries, gâteaux et biscuits.

Je me souviens de mon retour de l'école la première fois pour Rosh Hashanah. Mon avion est arrivé en retard et quand je suis arrivé à la maison, il était presque l'heure du dîner. J'aimais l'indépendance du collège, mais lorsque j'ai franchi la porte de Rosh Hashanah, j'ai senti les arômes des aliments qui venaient de sortir du four. Les sentiments de confort, de maison étaient accablants.

Je suis allé dans ma chambre, je me suis assis sur le lit et j'ai regardé autour de moi. Les sentiments et les souvenirs dégagés par ces arômes m'ont fait sentir en sécurité, chaleureuse et désirée. C'était tellement différent de la nourriture que j'avais à l'école. Je n'avais même pas réalisé à quel point ces arômes avaient fait partie de mon enfance ou de mon identité jusqu'à ce moment-là.

Quand j’ai finalement emménagé dans mon propre appartement, ma mère m’a offert une boîte de lucite remplie de toutes ses recettes qu’elle avait soigneusement copiées de ses originaux. J'ai depuis déplacé cette boîte d'un endroit à l'autre et, malgré la facilité de stockage dans le nuage, je la garde toujours et utilise ces cartes pour cuisiner.

Les aliments que les Juifs mangent ont une signification particulière pour des vacances particulières ou pour l’idée générale de célébrer de façon somptueuse. De plus, ils ont souvent une signification personnelle pour nous et fournissent simplement un sentiment de foyer ou de retour au foyer qui représente notre place dans la vie juive.

Jours spéciaux et vacances dans le calendrier juif

Shabbat - Le sabbat

Le shabbat comprend traditionnellement trois repas obligatoires: le dîner du vendredi soir, le samedi midi et le troisième repas en fin de journée. Les juifs hassidiques ajoutent un autre repas appelé le melave malka qui se traduit par «escorter la reine». Shabbat est comparé à une reine royale et ce repas est un moyen de rendre honneur au sabbat comme on le ferait à un dignitaire partant.

Les plats typiques du Shabbat comprennent le challah, qui consiste en du pain tressé et du vin, tous deux bénis avant le début du repas. Un plat de viande est mangé pour élever le repas car la viande était historiquement considérée comme un luxe qui ne pouvait être offert que le jour du sabbat.

Les Juifs dont les ancêtres sont originaires d’Europe orientale (ashkénazes) mangent du poisson gefilte qui est un mélange de poisson moulu, de soupe au poulet avec des boules de pain matzo, de kugel (pudding de pommes de terre ou de nouilles ou de ragoûts), pommes de terre, cuites avant le début du Shabbat, puis laissées mijoter jusqu'au déjeuner le lendemain (vous ne pouvez pas cuisiner le Shabbat, ce qui vous permet de préparer un plat chaud le jour du Shabbat).

Pour les Juifs dont les familles sont originaires des pays où ils se sont rendus après leur expulsion d’Espagne (séfarades), les aliments du shabbat comprennent le chreime, un poisson cuit, une sauce tomate épicée, chamin, la version séfarade de cholent, des pâtéas de bourekas filo farcis de viande, des pommes de terre ou des légumes et des plats à base de différents types de haricots, pois chiches, lentilles, burghul (blé concassé) et riz.

Pâque, Chametz et la plaque de Seder

La plupart des gens connaissent le seder de la Pâque, qui se produit les deux premières nuits de la Pâque. Il s'agit d'un repas collectif qui dure toute la nuit (et dans certaines maisons jusqu'aux petites heures du matin) au cours duquel est racontée l'histoire de l'Exode d'Egypte. Le mot “Seder” se traduit par “Ordre” qui se réfère à l'ordre spécifique tout est fait pendant ces repas. Les vacances durent 8 jours en diaspora et 7 jours en Israël.

Pendant cette fête, il est interdit aux Juifs de manger ce qui s'appelle Chametz, c'est-à-dire tout aliment contenant du blé, de l'orge, du seigle, de l'avoine ou de l'épeautre qui est entré en contact avec de l'eau et a été autorisé à fermenter et à "se lever".

En pratique, tout ce qui est fabriqué à partir de ces grains, à l'exception de la matzah, qui est soigneusement contrôlé pour éviter le levain est interdit. Cela inclut la farine (même avant qu'elle soit mélangée avec de l'eau), les gâteaux, les biscuits, les pâtes, le pain et les produits Chametz en tant qu'ingrédient, comme le malt. La levure est également sorti.

En raison de la gravité de l'interdiction du chametz, à l'époque médiévale, les rabbins ashkénazes interdisaient également aux Juifs de leurs communautés de manger du kitniyot (traduit grossièrement par légumineuses), car ils pouvaient être confondus avec les grains interdits. Ceci inclut (sans s'y limiter): riz, maïs, soja, haricots verts, pois, lentilles, moutarde, graines de sésame et de pavot. Comme les rabbins séfarades n’avaient pas à l’époque interdit à leurs communautés de manger des légumineuses, les plats séfarades préparés pour la Pâque contiennent souvent ces ingrédients.

Au cours des deux sédères, une assiette contenant des aliments spécifiques est utilisée dans le cadre de la nouvelle rédaction de l’exode. Il y a six choses sur la plaque de seder qui incluent:

  • Shank bone - représente l'offrande de la Pâque
  • Haroset - Un mélange de pomme, de noix et de vin qui représente le mortier et les briques utilisées par les esclaves juifs.
  • Zeroah, un os de jarret symbolisant l’ancien sacrifice de la Pâque
  • Beitzah, un œuf rôti, qui représente le sacrifice du temple et le cycle de la vie en cours
  • Mar’or, une herbe amère (comme le raifort), qui symbolise l’amertume de l’esclavage
  • Karpas, un légume vert (habituellement du persil) représentant le printemps
  • Chazeret, plus d'herbes amères, généralement le cœur de la laitue romaine
  • Un bol d’eau salée pour tremper les karpas qui symbolisent les larmes des esclaves
  • Trois matzos représentant les Kohanim, Leviim et Yisroel, les trois groupes qui composent le peuple juif. (D'autres disent qu'ils représentent les trois patriarches). Dans ma communauté, notre habitude consistait à ajouter un quatrième matzoh afin de montrer notre solidarité avec les juifs soviétiques opprimés. Même après la Glasnost, certaines familles ont continué la tradition comme moyen de rester au courant de tous les peuples, juifs et non-juifs, partout dans le monde, qui ne sont pas encore libres.

Tous les adultes du Seder doivent également boire quatre verres de vin, tandis que les enfants boivent du jus de raisin.

Pourim

Pourim commémore l’histoire des Juifs de l’ancienne Perse qui ont été condamnés à être assassinés par le conseiller du roi, Haman, mais qui ont été sauvés à la place. Le principal aliment spécial servi à Pourim est le Hamentashen, qui est triangulaire en référence au chapeau ou aux oreilles de Haman. Il s’agit de pâtisseries à base de pâte de graines de pavot, de conserves de fruits ou d’autres garnitures comme le chocolat ou le caramel.

Des cadeaux de nourriture et de boissons sont également offerts à Pourim aux amis et à la famille. Ceux-ci doivent consister en au moins deux aliments différents, prêts à être consommés. Outre Hamentashen, ils incluent souvent des fruits frais, des noix, du chocolat, des fruits secs, des bonbons, des produits de boulangerie et du jus de raisin.

Chavouot

Chavouot est le festival commémorant le don de la Torah. Le premier jour de ces deux jours de vacances, il est d'usage de manger un repas à base de lait. Il y a plusieurs explications à ce sujet. La première est que la Torah est assimilée au lait car les deux sont nourrissants.

Une autre est que pendant les vacances, il y avait une offre de deux pains. Pour cette raison, deux repas sont pris pendant la journée. Puisqu'ils sont consommés à proximité, un repas léger à base de produits laitiers est suivi d'un repas traditionnel à base de viande. Cela se fait dans cet ordre puisque les Juifs sont autorisés à manger du lait avant la viande mais pas après.

Certains plats laitiers traditionnels pour Chavouot comprennent les blintz au fromage, le lait de lait et le gâteau au fromage. Dans ma communauté en grandissant, nous avions aussi souvent des lasagnes.

La synagogue dans laquelle ma famille est allée a toujours organisé une fête de la crème glacée pour les enfants, où nous avons pu créer notre propre Sundaes pendant que les adultes étaient encore en service. Il y avait au moins trois saveurs de crème glacée, de caramel, de sauce au chocolat, de crème fouettée et toutes sortes d’autres garnitures comme les saupoudres, les pépites de chocolat, les bonbons, les cerises, les noix et les guimauves. Nous avons attendu cette journée toute l'année!

Rosh Hashanah

Les aliments traditionnels consommés à Roch Hachana, le Nouvel An juif, signifient tous des aspects positifs que nous souhaitons voir remplis au cours de la prochaine année. Le Nouvel An juif est célébré en se saluant les uns les autres avec les mots shana tovah u'metukah, qui se traduisent par le souhait de se souhaiter «une bonne et douce année». En conséquence, la table est remplie d'aliments reflétant un bonheur heureux et prospère. année à venir.

La Challah, le pain tressé toujours mangé dans les festivals et le Shabbat, est ronde à Roch Hachana. Cela commémore le caractère cyclique de l'année et de la vie elle-même. C'est aussi le symbole d'une couronne, une référence au dieu couronné roi. Comme la table est assimilée à un autel et le pain, une offrande, challah est généralement trempé dans du sel comme autrefois. Sur Rosh Hashanah cependant, nous le trempons dans du miel comme une prière pour que des choses douces arrivent l'année prochaine. Les pommes sont également trempées dans du miel car la pomme représente le jardin d'Eden. Les autres aliments que nous mangeons à Roch Hachana incluent:

  • Une tête de poisson ou de bélier représente l’idée que nous devrions être «la tête et non la queue». En d’autres termes, nous devrions aller de l’avant et progresser dans l’année à venir, plutôt que de rester à l’arrière. Comme les poissons nagent dans les écoles et que les moutons font partie d'un troupeau, cela représente aussi l'abondance.
  • Grenade - Comme ce fruit est rempli de graines, sa consommation représente l’espoir que nos mérites augmenteront considérablement au cours de la prochaine année.
  • Nouveaux fruits - Nous avons coutume de manger un fruit que nous n’avons jamais mangé auparavant pour pouvoir dire une bénédiction spéciale sur de nouvelles choses
  • Carottes - Le mot hébreu pour carotte est similaire à celui qui correspond à un décret. Par conséquent, le fait de les manger est une prière pour que Dieu annule tout décret négatif contre nous.
  • Betteraves ou épinards - Les mots hébreux pour les betteraves et les épinards sont similaires à ceux utilisés pour supprimer, de sorte que les betteraves sont une expression de l'espoir que Dieu éliminera nos ennemis parmi nous.
  • Pois noirs aux yeux, haricots verts ou fenugrec - Le mot pour ces types de petits haricots est similaire au mot pour augmentation, qui symbolise l'espoir d'une année remplie de bonnes actions et de mérite.

Channukah

À Channukah, la tradition est de manger des aliments frits dans l'huile. Cela célèbre le miracle qui s'est produit lorsque les Maccabées, l'armée rebelle juive, ont vaincu les Syro-Grecs en 165 avant notre ère. Quand ils sont allés consacrer à nouveau le Temple, ils ont dû allumer la Menorah, qui devait toujours rester allumée. Même s’ils n’avaient que suffisamment d’huile pour un jour, ils brûlaient pendant huit jours, ce qui leur donnait le temps de produire plus. À la channoukah, nous mangeons des galettes de pommes de terre et du sufganiyot, des beignets fourrés à la gelée et frits.

Il existe également une tradition de manger des produits laitiers à Channukah. C'est pour commémorer le courage de Yehudit (Judith) qui a trompé le général syro-grec en lui faisant croire qu'elle l'aiderait à savoir quand attaquer. Apportant du fromage et du vin, quand il se saoula, elle se coupa la tête. Bien que les opinions divergent quant au moment où cette histoire s'est produite, selon une version, elle s'est produite pendant la période de la révolte des Maccabées contre l'oppression syrienne et a assuré la victoire des Macchabées.

À emporter

Les repas des fêtes améliorent et rehaussent nos célébrations juives. Les aliments distinctifs consommés lors de journées spéciales confèrent à chaque repas de fête son caractère joyeux et familier. Les aliments spécifiques consommés lors des différents festivals renforcent le sens de la journée et l'atmosphère de fête.

Chaque famille juive a également ses plats de vacances préférés, influencés par l’origine de leurs ancêtres. Au fil du temps, ces aliments sont devenus empreints de confort et de beaux souvenirs. Ils ont acquis une signification propre et des recettes spéciales sont souvent transmises de parent à enfant au fil des ans.

Les plats spécifiques sont importants dans la vie juive en raison des sentiments qu’ils suscitent, des souvenirs qu’ils évoquent et de la signification historique qu’ils entraînent. Ces caractéristiques font de la nourriture une partie importante de l'identité culturelle juive et de la vie juive.

Si vous avez aimé lire cet article, vous aimerez peut-être aussi:

Vous pouvez trouver des liens vers mes autres travaux sur Medium et me suivre ici. Merci d'avoir lu!